Les répulsifs cutanés

Les répulsifs cutanés sont des substances de synthèse ou d’origine végétale qui éloignent les moustiques et/ou d’autres arthropodes hématophages (tiques, simulies,…) sans les tuer. Ils permettent alors d’empêcher ou de limiter le contact homme-nuisant ou vecteur.

Les répulsifs sont considérés comme des biocides (type de produit TP19) et sont donc soumis, au même titre que les insecticides, au processus d’examen et d’autorisation de mise sur le marché européen (Règlement UE n° 528/2012).

Les seuls répulsifs de synthèse actuellement disponibles, en cours d’évaluation et transitoirement autorisés en Europe, dans l’attente de leur autorisation officielle, sont le DEET, la picaridine, l’IR3535 et le para-menthane-3,8-diol (PMD).

Ils sont à appliquer sur toutes les parties du corps non couvertes. La durée de la protection varie de 4 à 8 heures selon le type de produit, sa concentration et les conditions d’utilisation (sueur, température, humidité,...). L’application doit être renouvelée après une baignade. En cas d’utilisation d’une crème solaire, l’application de répulsif doit toujours avoir lieu après et dans un délai d’au moins 20 minutes.

Ces produits sont à employer avec précaution, ne doivent pas être ingérés ni appliqués sur les muqueuses ou sur des lésions cutanées. Il existe des restrictions d’emploi selon le type de produit et sa concentration chez l’enfant de moins de 6 mois, avant 24 mois et avant 12 ans et chez la femme enceinte. Il est donc recommandé de lire attentivement et de respecter scrupuleusement le mode d’emploi ou de demander conseil à un pharmacien.

A noter que les huiles essentielles ne sont pas recommandées comme répulsifs cutanés en raison de leur trop faible durée d’action, souvent inférieure à 20 min. Elles sont par ailleurs très rapidement absorbées par la peau et par le système respiratoire, pouvant entraîner différents types de toxicité (dermocausticité, allergies, hépatotoxicité, neurotoxicité, photosensibilisation).

 

   
© EID MED / 2013